topor, jamais ne t’endort

Roland Topor (1938 – 1997). L’illustrateur infatigable dans les années 70 et 80, le concepteur et parolier, le conteur et créateur de Téléchat, etc, etc, a longtemps été louangé par son aîné et vieux complice l’écrivain et humoriste Jacques Sternberg (lequel lui a consacré une monographie chez Seghers en 1976). Chez Kesselring, Jacques Sternberg crée la revue périodique Mépris à l’automne 1973. Parmi les caricaturistes de talent publiés sur les trois numéros (le n°3 date du début 1974) figurent Nicoulaud, Berner et Lucques. La couverture du n°1 signée Roland Topor résume l’affrontement idéologique entre la dislocation et la résistance. De cette période déjà très féconde, on retiendra ces livre de dessins ou scrapbook chez Kesselring, Le Chêne, Balland, ses entretiens avec Michel Laclos (in Radio-France, Allegro … ma non troppo), sa participation à la revue périodique Le Fou parle.

Il confiait alors à Jacques Sternberg : « J’ai commencé à faire des dessins en croyant que j’allais gagner de l’argent, ce n’était pas vrai. Je méprisais le dessin à cette époque, je voulais faire de la peinture… J’aime beaucoup le dessin et les dessinateurs. C’est ce que j’aime le plus en art. »

Publié par cholletdenis

né en 1951 à Philippeville, écrivain et historiographe. A vécu et travaillé à Nice, puis à Majorque et actuellement près de la montagne de Lure avec sa compagne Tiptoe. Il est un généraliste de la contre-culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :