jean-claude romer, clap final

Jean-Claude Romer à son domicile, années 80

Jean-Claude Romer est mort. Lui qui aura passé sa vie devant l’écran, il est passé derrière et rien ne dit qu’il ne nous fera pas signe à l’occasion de la redécouverte d’un film trop oublié aujourd’hui. C’est lui qui avait encouragé nos premières enquêtes approfondies sur Jean Boullet, menées vers 1984 avec Laurent Chollet et plus tard avec Michel Fenioux. Devant la librairie Le Minotaure, il nous attendit ce jour-là, avant d’aller boire un apéritif à La Palette, où l’un des serveurs en savait long sur les maniaques qui fréquentaient la librairie à l’enseigne conçue par Maurice Henry. Ce maniaque de l’écran, pour reprendre l’expression de Michel Laclos qui l’avait accueilli pour un numéro de Bizarre consacré au cinéma d’épouvante, connaissait toutes les bobines par cœur mieux que les éclairagistes et les perchmen de la Universal que les connaissaient. Je nous revois descendre le boulevard de Strasbourg pour un entretien entre cinéphiles. Il était présent lors d’une des soirées Mauvais genres au Centre Pompidou, présent aussi à l’une de mes signatures en présence de Roger Cornaille, Claude Andrée, Dorothée Blanck, Pieral, Roland Lesaffre, etc. Vive le Midi-Minuit est un texte qu’il m’avait envoyé à l’occasion d’un numéro dédié à la programmation 1966 dans cette salle du boulevard Poissonnière dans le Paris de jadis, salle de projection particulièrement surveillée par les agents de l’Office Catholique du film pour excès de « danses lascives », en témoigne encore les recommandations aux censeurs sur les répertoires annuels édités par l’OCF. Il y disait de la salle gérée par M. Roger Boublil : « Sa programmation était exemplaire. Tout ce qui relevait de l’étrange, du sexe ou de la violence, ou de ces trois catégories à la fois, déferlait sur son écran : Le Voyeur, Le Masque du démon, Les Survivants de l’infini, Le cauchemar de Dracula… tous les futurs grands classiques du genre ont figuré à sont palmarès. »

https://drive.google.com/file/d/1uuB6ExNl82KGZuZeurqdWPKmYwgrn57i/view

C’est d’ailleurs en mai 1966, hors de la désormais célèbre revue MMF, dans les pages d’un numéro de la revue Image et Son dédié à ce genre cinématographique, où se succèdent les interventions de Jacques Zimmer, Michel Caen, Alain Dorémieux, Michel Ciment, Guy Gauthier et d’autres critiques encore, que Jean-Claude Romer déclare préférer les réalisateurs qui montrent ce qui a été décidé d’être à l’écran, pas nécessairement l’horreur, c’est à dire « des films réalisés dans le but de susciter chez le spectateur une inquiétude, une peur réflexe, laquelle peut conduire à un état d’insécurité plus ou moins prononcé. »

Toujours en mai 1966, on le retrouve à la rédaction de la revue Giff-Wiff, où l’on gonfle les ballons de la bande dessinée à plein poumons, aux côtés de ses amis Francis Lacassin ou Alain Tercinet, écoutant le détective Dick Tracy conclure : « Le type au squelette a été tué par une arme à feu ». Le collage qui orne la couverture de ce numéro a été réalisé par Roger Cornaille « le Minotaure », tous nos amis sont réunis y compris le type au squelette. On peut relire le numéro tout entier :

http://collections.citebd.org/in/faces/documentReader.xhtml?id=h::13da337b-e6f8-40aa-adaa-ca10cedf33c9&mediaId=attach_upload_f6e4f20d-4846-44cb-a050-acd786be5e38

Pour les retardataires aux examens d’entrée en Sorbone, ils peuvent consulter les fiches monsieur cinéma chez les collectionneurs qui les possèdent toujours, en prenant rendez-vous et en portant à boire pour l’apéritif.

Pour les happy few, offrons la reproduction d’un itinéraire tracé de la main même de Jean-Claude Romer qui citait ses origines un peu avant l’effondrement des tours jumelles de New York. Là haut, il doit voir la poussière tomber au ralenti à cause du décalage spatio-temporel et si ça vous tente de revoir le film, il reste quelques strapontins pour une vision très oblique en sans les sous-titres mais en présence de Pierre Tchernia l’ami de Mickey Mouse.

Dorothée Blank et Jean-Claude Romer à la librairie Le Minotaure
Jean-Claude Romer et Denis Chollet, Paris 2000

Publié par cholletdenis

né en 1951 à Philippeville, écrivain et historiographe. A vécu et travaillé à Nice, puis à Majorque et actuellement près de la montagne de Lure avec sa compagne Tiptoe. Il est un généraliste de la contre-culture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :